Recevez des offres privilèges
et suivez l’actu biennale :

Les affiches de la Biennale

M
10
J
11
V
12
S
13
D
14
L
15
M
16
M
17
J
18
V
19
S
20
D
21
L
22
M
23
M
24
J
25
V
26
S
27
D
28
L
29
M
30
SEPT.

625x230 ImageCampagne

La Biennale a confié à la jeune graphiste-plasticienne lyonnaise Claire Rolland l’identité visuelle de l’édition 2014. Celle-ci a choisi de travailler à partir des images de la série Men in the cities de Robert Longo, artiste majeur de la scène new-yorkaise.
Robert Longo connaît ses premiers succès dans les années 1980 avec cette oeuvre centrale – inspirée du cinéma de Fassbinder – qui se compose d’une série de dessins au fusain grand format représentant des hommes et des femmes en costumes de ville dans une attitude de perte d’équilibre. Pour produire cet effet de mouvement et donner de la véracité à ces personnages, l’artiste emmenait ses modèles – qui se nommaient notamment Cindy Sherman, Larry Gagosian, Eric Bogosian… – sur les toits de Manhattan, leur envoyait des balles de tennis et les prenait en photos. Les dessins gigantesques étaient alors réalisés à partir des photos projetées en grand format.
À partir de 1999, Longo se lance dans de nouvelles séries d’oeuvres où la plus grande violence cohabite avec la plus grande douceur, toujours sur des formes d’immensité où il saisit l’effroyable beauté de la nature. Il compte aujourd’hui parmi les artistes principaux représentés par la galerie Metro Pictures à New York. Le clip de la Biennale, réalisé à partir des corps de Robert Longo, et visible sur biennaledeladanse.com, est illustré d'une musique signée Woodkid, artiste lyonnais à la carrière internationale.


« J’ai trouvé intéressant de travailler avec des images produites à partir d’une contrainte, d’une sorte de performance, elles m’inspirent un élan, un mouvement pur. Je les ai choisies pour la cohérence avec le projet de la Biennale autour de la performance, mais aussi pour le fort impact visuel qu’elles créent dans l’espace public. Elles laissent une grande place au vide et à l’abstraction. Le graphisme vient dialoguer avec le personnage en créant une seconde silhouette, et l’utilisation du dégradé permet d’introduire du mouvement également dans la couleur »
Claire Rolland

www.clairerolland.fr